Suivez le fil de l’actualité des moulins …

 

Visites Hivernales des Forges et Moulins de Pinsot

Les travaux de restauration en cours au musée (voir ci dessous) interdisent malheureusement l’accès de notre bâtiment aux visiteurs.

Les visites organisées durant les vacances d’hiver sont donc – pour cette année – impossibles.

Nous vous donnons rendez-vous dès le 03 mai 2017 pour l’ouverture de notre saison aux individuels

(Visite possible avant cette date pour les groupes sur réservation au 04-76-13-53-59)

Merci de votre compréhension

 

Le point sur les travaux … La restauration du pressoir à huile de noix

 Contexte :

Le musée propose à ses visiteurs de découvrir lors de chaque visite guidée, les trois anciens moulins du village de Pinsot : moulins à farine, moulins à fer (martinets de la forge) et moulin à huile de noix. Ce dernier, usé par des années de travail, fait actuellement l’objet d’un chantier de restauration.

Le moulin à huile de Pinsot :

Celui-ci se compose de trois éléments. D’un côté, le moulin à proprement parler, composé d’une meule tournante et d’une meule fixe, qui permet grâce à la force de l’eau, d’écraser les cerneaux de noix et de les réduire en pâte. Un chauffoir composé d’un chaudron en cuivre et d’un foyer alimenté en bois, permettant de chauffer la pâte de noix. Enfin, un imposant pressoir qui permet, une fois les noix chauffées, d’en extraire l’huile.

Ce moulin a été en activité jusqu’au milieu des années 1950 ; Il est représentatif d’un équipement collectif de production, destiné à une consommation locale. La croix des Chartreux dessinée sur la traverse en noyer du pressoir suggère qu’il puisse dater d’avant 1793, période révolutionnaire agitée durant laquelle les Chartreux, rayonnant depuis la Chartreuse de Saint Hugon (Arvillard), perdent leur influence sur le Pays d’Allevard … A noter que les moulins à farine et à huile ont toujours été gérés par la même personne. Ainsi, le meunier faisait également office de moulinier.

Le pressoir à vis :

Le pressoir à vis du musée a peu évolué dans le temps, tout comme l’ensemble du moulin à huile d’ailleurs.  La principale intervention remonte à 1876, date à laquelle la vis en bois d’origine a été remplacée par une vis en métal associée au moule en fonte (travaux effectués par M. Raffin, propriétaire du moulin à l’époque). Les deux piliers en châtaignier et la traverse en noyer – à part quelques renforts métalliques – sont quant à eux d’époque. Malheureusement au fil du temps, ces éléments en bois ont subi quelques attaques d’insectes xylophages, qui ont fortement fragilisé sa structure. Les tonnes de pression accumulées lors de chaque pressée, ont fini de fragiliser l’ensemble à un point tel que seul le remplacement de certaines pièces de bois garantissait aujourd’hui la poursuite de la fabrication de l’huile (tout de même 90 tonnes de pression lors de la pressée)

La traverse endommagée par des dizaines d’années de sollicitation …

Il a donc été décidé de remplacer la traverse horizontale du pressoir qui supporte la vis métallique. C’est la pièce de bois la plus imposante mais également la plus « fatiguée » car elle supporte l’essentiel des efforts lors de la pressée. Un pilier, rongé à cœur par l’humidité, va également être remplacé. Patrimoine oblige, c’est un remplacement à l’identique qui est effectué par une entreprise spécialisée dans ce genre d’intervention. Les éléments forgés d’époque vont également être conservés.

L’action de restauration

C’est l’Entreprise Chardon de St-Pierre d’Entremont (73), spécialisée dans la restauration de charpente et éléments patrimoniaux en bois qui a été choisie pour procéder à ce travail. Depuis le mois de novembre, elle s’attelle au remplacement de la traverse et du pilier gauche. Ce n’est pas une mince affaire, la pièce de bois de remplacement de la traverse fait à elle seule près de 800kg. Le chantier devrait être achevé à la fin du mois de décembre et les premiers tests sur ce pressoir restauré, effectués courant janvier / février.

Grâce à cette intervention, les gestes et les savoir-faire traditionnels de la pressée d’huile de noix dans la Vallée du Haut-Bréda vont être perpétués. Chaque année, ce sont plus de 50 pressées qui sont réalisées par les bénévoles de l’Association AFMAPA pour une production d’huile de noix proche des 250 litres. Ces pressées sont organisées lors des visites de groupes, notamment les scolaires et lors des évènements nationaux et régionaux en lien avec le Patrimoine. L’huile ainsi produite est embouteillée et vendue dans la boutique du musée.